La vie d’Olga Benario

Englishbr DeutschItaliano

De Munich à Berlin

Olga Benario est née comme fille d’une famille juive le 12 février 1908 à Munich. Son père est avocat et militant du parti social-démocrate (SPD). Les dossiers policiers de Munich, où elle est devenue militante de la Jeunesse Communiste Allemande (KJVD), la mentionnent déjà comme « agitatrice communiste ». À l’âge de 17 ans, Olga quitte la ville de Munich et s’installe au quartier ouvrier berlinois de Neukœlln. La police sécrète l’arrête en 1926, en lui reprochant la participation à une tentative de haute trahison. On la relâche deux mois après.

Illégalité – en Europe et à Moscou

En 1928, Olga Benario, avec des camarades de l’ « Appareil Antimilitariste » du PC allemand, fait part de la libération forcée de son ami Otto Braun, communiste militant lui-aussi, détenu provisoirement pour tentative de haute trahison à la maison d’arrêt de Berlin-Moabit. Olga Benario et Otto Braun s’enfuirent à Moscou, où Olga devient déléguée KJVD au Vème congrès de l’internationale de la jeunesse communiste. En URSS, elle obtient une formation militaire et fait des voyages d’agitation politique en France et en Grande-Bretagne.

Au Brésil

Pendant qu’Otto Braun est envoyé en Chine, en 1935, l’Internationale Communiste désigne Olga Benario compagne de voyage du dirigeant communiste brésilien Luiz Carlos Prestes, nommé le « chevalier de l’espérance ». Les deux, tombant amoureux au cours du voyage, se rendent à Rio de Janeiro, où le parti communiste essaye d’organiser une révolte contre le président-dictateur Vargas. La résurrection réprimée, Olga Benario et Luis Carlos Prestes sont arrêtés par la police secrète brésilienne.

Extradition dans l’Allemagne

Malgré des protestations internationales, le gouvernement brésilien fit extrader Olga, enceinte d’un enfant de Prestes, dans l’Allemagne nazie et dans les mains du Gestapo en 1936. Anita Leocadia, la fille d’Olga Benario et de Luis Carlos Prestes, est née le 27 novembre 1936 à la prison de femmes de la Barnimstrasse à Berlin.

Camps de concentration et la mort d’Olga Benario

Alors que Mme. Leocadia Prestes, la mère de Luis Carlos, achève d’obtenir le droit de garde d’Anita et de transférer l’enfant au Mexique en 1938, la Gestapo livre Olga Benario au camp de concentration de la Lichtenbourg. En 1939, la Gestapo transfère Olga au camp de Ravensbruck, où Olga Benario fait part du réseau clandestin communiste. Olga Benario, juive et communiste, est assassinée par du monoxyde de charbon à la chambre de gaz de Bernburg, un « établissement de soin et de santé » figurant comme établissement d’ « euthanasie » en 1942.

Seite empfehlen